PêCHER DANS LES EAUX DOUCES EN FRANCE

En France, les eaux douces sont partagées en deux grands domaines : le domaine public et le domaine privé. À cette première notion de classement se superposent deux autres notions fondamentales: les eaux libres ou closes et la première catégorie de pêche ou la deuxième catégorie. Le classement en première ou deuxième catégorie est fait à la lumière de la dynamique hydraulique des cours d’eaux, qui conditionne la nature des espèces qui y vivent.

LE DOMAINE PUBLIC

Encore appelé domaine public fluvial, il comprend les cours d’eaux et les plans d’eaux domaniaux, qui appartiennent à l’état ou à des collectivités territoriales (Conseils régionaux-conseils départementaux-communes-communautés de communes).
Il est en grande partie navigable et comprend en particulier les grands fleuves, des rivières et des canaux ainsi que certains ouvrages lacustres ou de retenue.
3 acteurs principaux se partagent le droit de pêche :
  • Les pêcheurs de loisir à la ligne,
  • Les pêcheurs professionnels,
  • Les pêcheurs amateurs aux engins et filets.
La pêche sur le domaine public est divisée en lots distribués par adjudication, mais les AAPPMA sont prioritaires sur certains lots de par la loi. Le domaine public est classé en 2 eme catégorie piscicole à près de 100%.
Image

Le domaine privé

  • Il appartient à des particuliers riverains
  • Il représente la majorité des cours d’eaux, étangs ou lacs en France
  • la plupart des cours d’eaux de première catégorie sont du domaine privé (mais il y a autant de première catégorie que de deuxième dans le domaine privé).
Pour pratiquer la pêche à la ligne sur le domaine privé, chacun (y compris le détenteur du droit de pêche) doit adhérer à une AAPPMA. Une carte de pêche est donc obligatoire. Le cas des parcours de pêches privés : Les propriétaires riverains ont pu concéder le droit de pêche à une structure de pêche non agrée. Le parcours est géré par cette association qui n’autorise la pêche qu’à ses propres adhérents. Pour pouvoir y pêcher, il faut donc être titulaire d’une carte de pêche avec une cotisation supplémentaire fixé par l’association de pêche non agrée. Ces parcours sont souvent dénommés « non réciprocitaires ». Les conditions d’accès, les espèces piscicoles et la règlementation sur la pêche diffèrent selon ce classement public/privé.
Image

EAU LIBRE OU EAU CLOSE

Ce statut est important car il ca conditionner l’achat ou non d’une carte de pêche. C’est donc fondamental de connaitre dans quelle catégorie se classe le cours d’eau, l’étang ou le lac dans lequel vous allez pêcher pour ne pas être en infraction sur l’obligation de détention d’une carte de pêche sur les eaux libres.
Eau dite «close» :
  • Elle ne communique pas du tout avec un ruisseau ou un cours d’eau
  • Elle est alimentée uniquement par le ruissellement naturel et n’a pas d’exutoire en aval
  • On retrouve la plupart du temps des marres ou plans d’eau en dérivation d’un cours d’eau alimentés que temporairement.
Les eaux clauses ne nécessitent pas d’avoir une carte de pêche car le poisson ne peut y dévaler ni y remonter.
Eau dite «libre» : Toutes les eaux non closes sont dites « libres » car le poisson peut circuler. Les eaux libres nécessitent d'être titulaire d'une carte de pêche pour pouvoir y pêcher.
Image

EAU DE PREMIÈRE CATÉGORIE

  • Rivières et plans d’eau à dominante salmonicole
  • hébergement d’espèces d’eaux vives : truite-vairons-goujons-ablettes-chevesne
On retrouve en majorité des rivières et lacs de montagne ou de moyenne montagne dans cette classification car le courant y est vif, facilitant en particulier le brassage de l’eau (meilleure oxygénation). Toutes ces conditions alliées à une température basse permettent le maintien et le développement d’espèces exigeantes (truites – ombres commun – ombles chevalier – saumons de fontaines – grands migrateurs). Des biotopes en plaine peuvent justifier également des classements d’espaces piscicoles en première catégorie. C’est le cas de l’Aube ou la truite et l’omble peuvent être pêchés. La pêche n’est autorisée qu’à une seule ligne sur les eaux de première catégorie.

EAU DE DEUXIÈME CATÉGORIE

Ce sont principalement les cours d’eaux et les lacs situés plus en pleine. Les courants sont en effets moins prononcés (pentes plus faibles). L’écoulement est calme, lent, voire inexistant (étangs et lacs). Les exigences en oxygène des espèces présentes sont moins importantes. On y trouve : poissons blancs chevesnes-brochets-sandres-carpe. La pêche est autorisée jusqu’à 4 lignes sur les eaux de deuxième catégorie
Image

CLASSIFICATION DES LACS

  • Les trois lacs de la forêt d'Orient sont des eaux libres car ils permettent un écoulement des eaux des deux fleuves qu’ils régulent (même s'il est limité et unilatéral en fonction des phases de remplissage et de restitutions). 
  • Les trois lacs appartiennent au domaine privé car ils sont la propriété de l’EPTB Seine Normandie (Etablissement Public Territorial de Bassin)
  • Les trois lacs sont classés en deuxième catégorie car sont présentes de façon significative des populations de cyprinidés brochets-perches- sandres- carpes (Pas de présence naturelle significative de salmonidés)
  • Les trois lacs sont non réciprocitaires car il n’existe aucune réciprocité de pêche sur les lacs de la forêt d’Orient, y compris du bord des lacs. Une carte de pêche de l’AAPPMA DES LACS est donc impérativement nécessaire pour toute personne voulant pêcher (du bord ou en bateau ou float tub). Toute personne pêchant sur l'eau (bateau-float tub) doit prendre une option bateau 
  • Les trois lacs sont également classés grands lacs exposés compte tenu de leur dangerosité